Indemnisation du préjudice d’angoisse

Indemnisation du préjudice d’angoisse

Publié le : 01/07/2022 01 juillet juil. 07 2022

« Pretium Doloris » est l’adage latin qui signifie : le prix de la douleur, et à ce titre le droit à la réparation des victimes, envisage de plus en plus de prendre en compte les dommages corporels liés à un fait dommageable lié à des souffrances et préjudices psychologiques ressentis à l’occasion d’un fait ou un événement.
Le préjudice subi par une victime et ses proches, pour donner lieu à une indemnisation, doit cependant respecter le triptyque suivant : être certain, direct et déterminé.
La nomenclature Dintilhac de 2006 dresse une liste des préjudices, en proposant une classification qui sert de référence pour les professionnels de la réparation du dommage, afin de faciliter l’évaluation de l’indemnisation des préjudices et de les réparer le plus justement possible, selon le principe de réparation intégral, qui vise à remplacer la victime dans l’état le plus proche de celui où elle se trouvait avant. Néanmoins, lors du décès de la victime, ou si celle-ci a subi un dommage d’une gravité importante, toute compensation par une indemnisation du cadre de vie est exclue ou compliquée, de sorte qu’il soit nécessaire d'indemniser la souffrance. 

Les derniers événements liés aux attentats ont induit la réflexion liée à l’inclusion de nouveaux postes de préjudices à la nomenclature actuelle, laquelle est non exhaustive : le préjudice d’attente et le préjudice d’angoisse de mort imminente. 

La Cour de cassation fait application de la réparation de ces préjudices et en définit les contours, dans deux arrêts rendus en Chambre mixte le 25 mars 2022.


Dans la première décision (20-17.072), une mère de trois enfants décède des suites de ces blessures liées à un attentat. 
L’une de ses filles demande l’indemnisation auprès du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI), mais considère que celle proposée n’est pas suffisante et assigne alors le fond en réparation du préjudice.
Le FGTI considère qu’il a indemnisé le préjudice d'affection, pour l'ensemble des souffrances morales éprouvées par les proches à raison du fait dommageable subi par la victime directe, à l'origine de son décès, en plus d’avoir indemniser le « préjudice exceptionnel spécifique des victimes d'actes de terrorisme ». De ce fait, l’organisme considère que couvrir le préjudice d’attente revient à indemniser une deuxième fois le préjudice des souffrances morales éprouvé par les proches. Mais la juridiction d’appel fait droit à la demande des ayants droit. 

La Cour de cassation rejette le pourvoi au motif que le préjudice d’affection répare les conséquences de la perte éprouvée après le décès, or le préjudice d’attente doit indemniser les proches de la personne exposée à un danger, au péril de sa vie, sans avoir de connaissance réelle de sa situation. En ce sens, il est admis que les proches éprouvent une souffrance née de l’attente et de l’incertitude, délai constitutif d'un préjudice directement lié aux circonstances contemporaines de l'événement individuel ou collectif. 

En l’espèce, la victime a été recherchée par ses proches durant quatre jours dans les hôpitaux environnants le lieu de l’attentat, provoquant un état de totale ignorance quant à son état. 

Par conséquent, la Cour de cassation reconnaît dans le préjudice d’attente un préjudice spécifique qui ouvre droit à indemnisation lorsque la victime directe a subi une atteinte grave ou est décédée des suites de cet événement, qui ne saurait être confondu avec celui d’affection des victimes par ricochet ou aux autres préjudices liés à la victime. 
Puisqu’il est autonome, la Haute juridiction rappelle que c’est le temps d’inquiétude dans lequel la victime par ricochet est restée dans l’incertitude sur l’état de son proche, qui est indemnisable.

Dans le deuxième arrêt (20-15.624), c’est en toute logique que la Cour de cassation reprend le raisonnement précédent.
Saisie par les proches d’une victime d’agression, sur la contestation du montant de l’indemnisation, la Cour d’appel constate que la victime agressée à l’arme blanche et présentant de multiples plaies sur le corps, a subi un dommage lourd, et a par conséquent éprouvé une souffrance importante.

Selon elle, la victime doit être indemnisée au titre des souffrances endurées, mais également sur la base d’une souffrance spécifique : le préjudice de l’angoisse de mort imminente. 
Cette décision est appréciée au regard des faits, et notamment son état de conscience lui a laissé envisager la survenance de sa propre mort, face à une dégradation progressive et inéluctable de ses fonctions vitales, causée par une hémorragie interne et externe massive. 

Ici, le FGTI reproche aux juges d’appel une double indemnisation du même préjudice, puisque celui d’angoisse de mort imminente est déjà inclut dans celui des souffrances endurées du fait des blessures mortelles. 

La Cour de cassation valide la décision d’appel en ce que les juges ont fondé leur décision sur la preuve de l’existence de ce préjudice distinct, en appréciant les circonstances entourant le décès, mais également quant à la fixation du montant de l’indemnisation allouée. Elle explicite la notion de préjudice d’angoisse de mort imminente comme étant la souffrance morale liée à la conscience de la mort imminente de la victime, entre le moment de son agression et de son décès. 

Ici également, ce qui est indemnisé c’est le laps de temps où la victime a suffisamment été consciente pour appréhender sa propre fin dans ces derniers instants de vie, à la fois remplis d’angoisse et de douleur. 


Par ces décisions, la Cour de cassation consacre l’autonomie du préjudice d’attente et du préjudice d’angoisse de mort imminente, permettant d’envisager de nouveaux postes de préjudices. Reste à analyser l’application qui en sera faite par la jurisprudence à venir. 


Référence : Cass. chb  mixte du 25 mars 2022 n° 20-17.072 et 20-15.624
 

Historique

  • Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale
    Publié le : 28/07/2022 28 juillet juil. 07 2022
    Rédaction
    Indemnisation de la perte de chance pour avoir subi une anesthésie générale au lieu d’une anesthésie locale
    La poursuite de l’objectif de réparation intégrale du préjudice a conduit la Cour de cassation dans un arrêt du 18 mars 1975, à créer la notion de la perte de chance. Cette notion se retrouve dans les hypothèses où la victime a été privée d’une espérance future dont il est impossible de savoir si...
  • Indemnisation du préjudice d’angoisse
    Publié le : 01/07/2022 01 juillet juil. 07 2022
    Rédaction
    Indemnisation du préjudice d’angoisse
    « Pretium Doloris » est l’adage latin qui signifie : le prix de la douleur, et à ce titre le droit à la réparation des victimes, envisage de plus en plus de prendre en compte les dommages corporels liés à un fait dommageable lié à des souffrances et préjudices psychologiques ressentis à l’occasio...
  • Indemnisation pour homicide involontaire et sort de la pension de réversion
    Publié le : 01/03/2022 01 mars mars 03 2022
    Rédaction
    Indemnisation pour homicide involontaire et sort de la pension de réversion
    Le préjudice économique est un poste de réparation versé au conjoint survivant d’une victime d’un accident, afin de compenser les pertes subies et les gains manqués, du fait du décès du conjoint, et notamment concernant les pertes de revenus professionnels que ce dernier apportait au foyer.  D...
  • Qui de la perte de chance de survie
    Publié le : 01/03/2022 01 mars mars 03 2022
    Rédaction
    Qui de la perte de chance de survie
    Pour être indemnisable, le préjudice de la victime doit par principe être certain, direct et déterminé, excluant ainsi la réparation de tout préjudice éventuel.  La perte de chance représente cependant une notion hybride entre le dommage certain et celui incertain, qui sous certaines conditions,...
  • Le déficit fonctionnel permanent et le taux d'indemnisation retenu
    Publié le : 01/03/2022 01 mars mars 03 2022
    Rédaction
    Le déficit fonctionnel permanent et le taux d'indemnisation retenu
    En matière de préjudice corporel, le déficit fonctionnel permanent (DFP) est un préjudice non économique, qui porte sur l’ensemble des altérations consécutives au dommage et qui persistent une fois la consolidation de l’état de la victime prononcé. Actuellement, il n’existe aucune règle commune p...
  • Infections nosocomiales et responsabilités
    Publié le : 01/03/2022 01 mars mars 03 2022
    Rédaction
    Infections nosocomiales et responsabilités
    Du latin « nosocomium » qui signifie « hôpital », la définition des infections nosocomiales, également appelées infections hospitalières, a été consacrée par la jurisprudence du Conseil d’État (23 mars 2018 n°402237) comme « une infection survenant au cours ou au décours de la prise en charge d’u...
<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.