Evaluation du préjudice économique de l'ayant droit d'une victime de l'amiante : précisions sur le calcul de l'indemnité

Evaluation du préjudice économique de l'ayant droit d'une victime de l'amiante : précisions sur le calcul de l'indemnité

Publié le : 12/10/2020 12 octobre oct. 10 2020

L’exposition à l’amiante, qu’elle soit d’origine professionnelle ou environnementale, lorsqu’elle donne lieu à l’apparition de pathologies en lien direct avec cette exposition, voire cause le décès de la personne, ouvre droit à indemnisation pour la victime ou ses ayants droit. 
En cas de décès, parmi les différents postes de réparation, les proches peuvent prétendre à l’indemnisation du préjudice économique destiné à compenser le manque financier directement lié à la perte du proche, et calculé en fonction des ressources du ménage avant le décès. 

Dans une décision récente, la Cour de cassation a apporté des précisions concernant le calcul de cette indemnité. 

Un homme décède en 2004 des suites d’un cancer diagnostiqué en lien avec une exposition à l’amiante. Ses ayants droit forment une demande d’indemnisation pour les préjudices subis du fait de la maladie auprès du Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA). 
L’organisme leur adresse plusieurs offres d’indemnisation en réparation du préjudice moral et d’accompagnement, ainsi qu’au titre de l’action successorale. 

Les offres sont acceptées mais la veuve du défunt demande à l’organisme une indemnisation de son préjudice économique, demande qui est rejetée. 

Devant la justice la FIVA est condamnée au versement d’une créance indemnitaire de 42 462.02 euros en réparation du préjudice économique portant intérêt à taux légal à compter de la décision. Dans la fixation de l’indemnisation la Cour retient à la demande des ayants droit, la valeur des revenus de référence du foyer de l’année 2018. 
Toutefois, le Fonds conteste la méthode de calcul en évoquant le fait qu’en cas de décès de la victime directe, ce poste d’indemnisation prévu pour le conjoint survivant doit être évalué en prenant comme élément de référence le revenu annuel du foyer avant la survenance du dommage ayant entraîné le décès.  
La FIVA n’entend pas indemniser le préjudice-économique au-delà de 2013, date à laquelle le défunt aurait eu 88 ans, ce qui correspond à l’espérance de vie maximale de l’intéressé âgé de 79 ans au jour de son décès le 15 juin 2004 selon la tablé de mortalité de l’INSEE 2008-2010. 

La Cour de cassation tranche ce débat et précise que « Le préjudice économique subi par l’ayant droit d’une victime du fait du décès de celle-ci doit être évalué au jour de la décision qui le fixe en tenant compte de tous les éléments connus à cette date et les juges du fond doivent procéder, si elle est demandée, à l’actualisation, au jour de leur décision, de l’indemnité allouée en réparation de ce préjudice en fonction de la dépréciation monétaire ». 

Il est ainsi précisé que l’ensemble de la période comprise entre la survenance du dommage et la date où est fixée l’indemnisation peut être prise en compte pour calculer le montant, afin de compenser les effets de l’érosion monétaire, c’est-à-dire la perte de pouvoir d'achat enregistrée tous les ans en raison de l'inflation. La valeur est alors fixée en fonction du montant le plus actualisé et connu le jour où la décision est prise. 

Référence de l’arrêt : Cass. civ 2ème 16 juillet 2020 n°19-17.069

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.